La Fédération Française du Bâtiment est une organisation professionnelle qui a pour but de représenter et défendre les entreprises de bâtiment
auprès des pouvoirs publics, des décideurs économiques et des autres acteurs de la construction.

Le Bâtiment, une richesse pour la France

Twitter FFB

espace adhérent

espace adhérent

Email utilisateur :

Mot de passe

Mémoriser ses identifiants

OK

Actualités

Doublement du seuil du régime de la microentreprise

Le 08 mars 2018
Les entreprises ont jusqu'au 3 mai 2018 pour rester sous un régime réel d'imposition des résultats !

Le doublement des seuils du régime de la microentreprise a pour conséquence de faire entrer dans ce régime des entreprises qui, en 2017, bénéficiaient du régime réel simplifié d'imposition. Pour continuer à bénéficier du régime réel simplifié, les entreprises concernées doivent impérativement opter pour celui-ci avant le 3 mai 2018.

 

La loi de finances pour 2018 a doublé le seuil du régime de la microentreprise applicable pour l'impôt sur le revenu, à savoir :

  • activités de vente : passage de 82 800€ à 170 000€

  • activités de prestations de services : passage de 33 200€ à 70 000€

 

Les entreprises relevant de l'impôt sur le revenu dont le chiffre d'affaires des années 2016 ou 2015 se situerait dans ces nouvelles limites se trouveraient placées en 2017 automatiquement sous le régime micro, à défaut d'avoir pu opter avant le 1er février 2017 pour un régime réel d'imposition.

 

Afin de pallier cette difficulté, et conserver le régime réel simplifié, une mesure de tolérance est prévue pour l'année 2017 et le délai d'option est reporté. L'option peut ainsi être exercée avant la date limite de dépôt de la déclaration de résultat 2017, soit avant le 3 mai 2018.

 

Elle est irrévocable et se reconduit tacitement chaque année pour un an, tant que le contribuable reste  dans le champ d'application du régime micro.

 

Les conséquences d'un passage au régime micro sont importantes :

  • plus de possibilité de déduire les charges réelles (frais généraux, amortissement du matériel et outillage, achats de matériaux, impôts, frais de personnel, frais financiers);

  • plus de prise en compte des réductions et crédits d'impôt (notamment le CICE)

  • absence de récupération de la TVA sur les achats et prestations de services (loyers, expert-comptable, location de matériel…)

  

 


Le 08 mars 2018