La Fédération Française du Bâtiment est une organisation professionnelle qui a pour but de représenter et défendre les entreprises de bâtiment
auprès des pouvoirs publics, des décideurs économiques et des autres acteurs de la construction.

Le Bâtiment, une richesse pour la France

espace adhérent

Code utilisateur

Mot de passe

Mémoriser ses identifiants

OK

Vous êtes ici > Accueil > Le bâtiment et vous > Entreprises > Ras le vol

OK

Le bâtiment et vous

Entreprises

Ras le vol

Les entreprises de bâtiment sont particulièrement exposées :

  • aux vols d’engins de chantier et de véhicules avec leur contenu,

  • aux vols de matériaux et d’équipements techniques en attente de pose ou déjà posés,

  • aux vols d’outils et divers petits matériels,

  • aux dégradations diverses,

  • aux incendies volontaires,

  • au squat des locaux en attente de réception.

Une enquête effectuée par la FFB, fin 2007, a permis de mieux cerner la gravité de la situation.

On peut évoquer un premier constat : une entreprise sur deux a été victime d’au moins un vol significatif de plus de 10 000 €.
A noter que 56 % des vols sont des vols simples, 43 % sont avec effraction et 1 % avec violence ou séquestration.

 

La quasi-totalité des départements français sont touchés, tous les métiers concernés, les entreprises de toutes tailles sont visées.

 

La grande majorité des vols constatés (environ les deux tiers) relève du vol d’opportunité, par une population considérant normal de se « servir » sur un chantier. Le reste des vols signalés relève de l’action régulière et souvent répétée de bandes organisées généralement spécialisées dans les vols de métaux et d’engins de chantiers, vols au coût moyen particulièrement élevé.

 

Beaucoup trop d’entrepreneurs sont également confrontés aux menaces verbales, trop souvent suivies de dégradations volontaires de véhicules ou d’engins de chantier, quand ce n’est pas de menaces physiques. On déplore également des tentatives plus ponctuelles et géographiquement ciblées (sud de la France) de rackets et de chantages à l’embauche fictive.

 

Le coût de ces vols et autres actes délictueux sur les chantiers a été globalement évalué, pour 2007, au minimum à 1% du chiffre d’affaires du bâtiment, soit plus d’un milliard d’euros.