La Fédération Française du Bâtiment est une organisation professionnelle qui a pour but de représenter et défendre les entreprises de bâtiment
auprès des pouvoirs publics, des décideurs économiques et des autres acteurs de la construction.

Le Bâtiment, une richesse pour la France

espace adhérent

espace adhérent

Email utilisateur :

Mot de passe

Mémoriser ses identifiants

OK

Le bâtiment et vous

Formation

Le menuisier métallique

Il étudie, fabrique et installe les ouvertures des bâtiments : façades, fenêtres, portes-fenêtres, vérandas, verrières…
Ces ouvrages qui associent métal et verre sont des réalisations complexes. Elles combinent performances techniques (thermique, acoustique, étanchéité) et esthétiques.

www.umb.ffbatiment.fr

Formations

Diplômes de l’Education nationale

Ils se préparent principalement en formation initiale que ce soit par voie scolaire ou en apprentissage. Vous pouvez également l’obtenir par Validation des Acquis de l’Expérience (VAE).

Pour devenir ouvrier professionnel

  • CAP Serrurier métallier

  • BEP Techniques des métaux, du verre et des matériaux de synthèse du Bâtiment

Pour devenir compagnon professionnel

  • BP Serrurerie métallerie

  • Bac pro Ouvrages du Bâtiment : métallerie

  • Bac pro Ouvrages du Bâtiment : aluminium, verre et matériaux de synthèse

Pour devenir chef de chantier conducteur de travaux ou technicien en bureau d’études

  • Licence Professionnelle

Titres Professionnels

Si vous avez quitté le système éducatif ou que vous souhaitez vous reconvertir, vous pouvez préparer un Titre du ministère de l’Emploi.
La formation est principalement dispensée dans des centres de l’AFPA. Vous pouvez suivre la formation à temps plein ou dans le cadre d’un contrat de professionnalisation. Vous pouvez également obtenir les Titres Professionnels par la Validation des acquis de l’Expérience (VAE).

Pour devenir ouvrier professionnel

  • Ferronnier

  • Menuisier aluminium

  • Métallier

Pour devenir chef de chantier conducteur de travaux ou technicien en bureau d’études

  • Technicien de production en métallerie serrurerie

  • Technicien métreur en menuiseries, fermetures et équipements

Témoignages

Ophélie 20 ans, apprentie en menuiserie aluminium

« Dans mon entreprise, on réalise et on monte des fenêtres, des portes, des vérandas, des volets roulants… On a dans l’esprit que l’aluminium c’est froid, mais il y en a de toutes les couleurs et de toutes les formes et on peut le travailler pour en faire ce qu’on veut. Et même physiquement, ce n’est pas un problème : si c’est trop lourd, on le fait à plusieurs. Et pour le vitrage, il y a les ventouses. Je vois plein de chantiers différents, ce n’est pas monotone. Et j’ai toujours aimé les travaux manuels. Poser une véranda, c’est magnifique ! Je suis très fière quand je me dis que c’est moi qui ai posé ça ! »

Eric, 29 ans, fier d’avoir travaillé pour la statue de la Liberté et Madonna

Un CAP de métallier en poche, Eric poursuit sa formation en effectuant son tour de France chez les Compagnons du devoir. Sept ans de formation permanente qui feront de lui un ferronnier aguerri. Un choix qui s’est imposé à lui au fil de ses études « parce que c’est une grande satisfaction de prendre une barre de métal et de la transformer en une grille ouvragée ou en rampe d’escalier sophistiquée. On participe à toutes les étapes de la transformation »
Le métier de ferronnier fait aussi appel à un esprit créatif pour se représenter une pièce avant de la réaliser. La tête et les mains travaillent ensemble : « Une rampe demande près de six mois de travail : après avoir pris connaissance des plans de l’architecte, il faut effectuer des recherches sur les volutes, le choix du style, savoir proposer des améliorations. Ensuite, il faut la décortiquer, réfléchir aux pièces à créer, imaginer comment celles-ci vont être assemblées… »
Eric est aussi un pro en histoire de l’art : ses connaissances l’amènent parfois à conseiller des architectes, notamment dans la concordance des styles d’époque. Et si son talent lui a permis de trouver du travail sans problème, il lui a aussi fait franchir l’Atlantique. Ses deux ans en poste à New York lui ont laissé un excellent souvenir : peu de gens, en effet, peuvent se vanter d’avoir participé à la restauration de la statue de la Liberté ou d’avoir travaillé pour Madonna. Mais avant tout, Eric est fier de vivre un métier, dont « le savoir-faire ne doit pas se perdre ».

Consulter la vidéo ici