La Fédération Française du Bâtiment est une organisation professionnelle qui a pour but de représenter et défendre les entreprises de bâtiment
auprès des pouvoirs publics, des décideurs économiques et des autres acteurs de la construction.

Le Bâtiment, une richesse pour la France

espace adhérent

espace adhérent

Email utilisateur :

Mot de passe

Mémoriser ses identifiants

OK

Le bâtiment et vous

Travaux

ITE - Analyse et choix préalables

Quelle sont les différentes techniques de fixation de l’isolant à la façade ?

Trois principes de fixation de l’isolant sont actuellement utilisés :

  • Par collage (par plots, en boudin ou à la taloche)

  • Par fixation mécanique (par chevillage, sur rails, sur ossatures, …)

  • Par fixation mixte (collage + fixation mécanique) appelé encore « calé-chevillé »

Schémas (copyright : © Calepin de chantier PACTE)

Fixation des panneaux par collage

Fixation des panneaux par profilés

Fixation des panneaux par chevilles

 

Quels revêtements peut-on avoir en façade avec les systèmes d’isolation thermique par l’extérieur ?

De nombreuses finitions existent, par exemple : enduit minéral ou organique, bois ou compost à base de bois, métal, terre cuite, pierre naturelle ou reconstituée, céramique, PVC.

Des solutions de renforcement existent-elles pour les zones exposées aux chocs ou autres dégradations ?

Dans les zones exposées, des dispositions adaptées existent pour les différents systèmes : renforcement de l’ossature, double entoilage, changement de la nature du parement, anti-graffitis, grillage de protection, …

La réalisation d’ITE implique-t-elle nécessairement le changement des fenêtres ?

Non, mais il importe de vérifier les caractéristiques des menuiseries existantes. Si le changement s’avère nécessaire, il convient de prévoir des cochonnets suffisants pour recevoir un isolant en retour extérieur des appuis, des tableaux et linteaux.

Pourquoi faut-il prévoir une lame d’air entre l’isolant et le parement dans le cas de bardage rapporté ?

Une lame d’air ventilée (entrée d’air en rive basse et sorties d’air en rive haute) est indispensable pour évacuer l’humidité et les condensations éventuelles.

Dans le cas de toiture avec étanchéité et façade isolée par l’extérieur, faut-il isoler l’acrotère ?

Oui, si le pont thermique toiture - façade n’est pas traité par la mise en œuvre de rupteurs de ponts thermiques.

Deux cas sont à distinguer :

  • hauteur d’acrotère comptée à partir du dessus de l’isolant de partie courante ≤ 0,60 m : acrotère isolé en totalité, y compris sa face supérieure ; l’isolant est toujours posé en une seule couche, de résistance thermique de l’ordre de 2 m².K/W.

  • hauteur d’acrotère comptée à partir du dessus de l’isolant de partie courante > 0, 60 m : acrotère isolé au moins jusqu’à 0,60 m de hauteur ; l’isolant est toujours posé en une seule couche, de résistance thermique de l’ordre de 2 m².K/W.

Quels sont les points de vigilance à identifier à l’occasion du diagnostic préalable ?

On peut citer les points de vigilance suivants :

  • Analyse de l’environnement (traitement de la mitoyenneté, chocs, végétation…)

  • Analyse du support (cohésion, planéité, remontées capillaires…) 

  • Analyse des dispositifs de ventilation

  • Mode de fixation de l’isolant 

  • Points singuliers à traiter (toiture, départ de sol, appuis de fenêtres…)

  • Etc.

Dans le cas de la rénovation, une étude thermique est-elle obligatoire avant la réalisation d’une ITE ?

Non, elle n’est pas obligatoire. Cependant, l’entreprise peut tout à fait proposer à son client une évaluation énergétique avant et après travaux afin de lui démontrer l’impact économique des travaux.

A noter : la  FFB a créé pour ses adhérents un outil de simulation pour la rénovation énergétique des logements : OREBAT. Pour en savoir plus, cliquez ici.