La Fédération Française du Bâtiment est une organisation professionnelle qui a pour but de représenter et défendre les entreprises de bâtiment
auprès des pouvoirs publics, des décideurs économiques et des autres acteurs de la construction.

Le Bâtiment, une richesse pour la France

Twitter FFB

espace adhérent

espace adhérent

Email utilisateur :

Mot de passe

Mémoriser ses identifiants

OK

Réussir la transition écologique

La caisse à outils

ok

Focus

Expérimentation Energie Carbone

L'ambition de la future réglementation environnementale des bâtiments neufs résidentiels et tertiaires consiste à dépasser l'approche purement énergétique en tenant compte des émissions de gaz à effet de serre du bâtiment sur l’ensemble de son cycle de vie.  

L'expérimentation E+C-

Le référentiel « énergie-carbone » pour l’évaluation de la performance énergétique et environnementale des bâtiments neufs a été publié fin 2016. Il a permis le démarrage d'une phase d'une phase d'expérimentation, 
pour tester le référentiel et les niveaux de performance auprès de maîtres d'ouvrage volontaires.

L’objectif de cette expérimentation est d'évaluer le juste équilibre entre ambition et capacités technico-économiques des acteurs à y répondre : détecter les éventuelles impossibilités ou contradictions techniques et s’assurer de la soutenabilité financière pour les maîtres d’ouvrage, en particulier les primo-accédants et les ménages les plus modestes.

Un label « E+C-" a été lancé en parallèle afin de permettre aux maîtres d’ouvrage qui le souhaitent de valoriser leur démarche. Il est délivré par les organismes suivants : CEQUAMI, CERQUAL, CERTIVEA, PRESTATERRE, PROMOTELEC services. La participation à l'expérimentation n'est pas conditionnée à l'obtention de ce label.

Deux critères d'évaluation

L'expérimentation s'appuie sur 2 indicateurs qui sont calculés en phase conception :

  • Le bilan énergétique sur l'ensemble des consommations appelé bilan BEPOS (BilanBEPOS) ;
  • Les émissions de gaz à effet de serre sur l'ensemble du cycle de vie du bâtiment (Eges).

4 niveaux de performance sont fixés pour l'indicateur Energie. Les premiers niveaux (Energie 1 / Energie 2) permettent une progressivité par rapport à la RT 2012 en améliorant l’enveloppe et l'efficacité des équipements. Les niveaux supérieurs (Energie 3 / Energie 4) nécessitent des investissements plus importants, par exemple une installation photovoltaïque. Le niveau Énergie 4 correspond à un bâtiment avec bilan énergétique nul sur tous les usages.

2 niveaux de performance sont définis pour l'indicateur relatif aux émissions de gaz à effet de serre : Carbone 1 et Carbone 2. Le calcul de cet indicateur est effectué selon la méthode de l'analyse du cycle de vie (ACV). Un sous-indicateur EgesPCE évalue spécifiquement les émissions liées aux produits et équipements du bâtiment.


Pour en savoir plus sur l'expérimentation : www.batiment-energiecarbone.fr

 

Les résultats de l'étude FFB

La FFB participe à cette expérimentation pour défendre l’intérêt des artisans et entreprises du Bâtiment en vérifiant que les niveaux de performance fixés soient réalistes et ne créent pas de rupture pour l’ensemble des filières. 

La FFB a étudié l’adaptation du référentiel E+C- sur 15 bâtiments conformes à la RT 2012. Ce projet a été mené en collaboration avec les bureaux d’étude Bastide-Bondoux pour 5 maisons individuelles et Pouget Consultants pour 5 projets résidentiels collectifs et 5 tertiaires.

L’étude s’est déroulée en 3 étapes :

  • Calcul des niveaux Energie et Carbone atteint par chacun des bâtiments RT2012.
  • Réalisation d’optimisations permettant d’atteindre les niveaux supérieurs, et calcul des impacts financiers associés. Ces optimisations ont porté sur la performance thermique du bâti (y compris l’étanchéité à l’air) et l’efficacité des équipements techniques (choix des équipements et mode de régulation) : ce sont en effet les meilleurs leviers en terme d’investissement et de performance.
  • Enfin, des variantes techniques ont été réalisées lot par lot afin d’identifier les plus impactantes.
  •  

     Les principales conclusions de l’étude sont les suivantes :    

  • le manque de données sur l’impact environnemental de certains produits et équipements de construction. Dans le cas où aucune donnée d’industriel n’existe, des valeurs par défaut doivent être utilisées, ce qui pénalise fortement l’indicateur carbone.
  • le besoin d’autoriser des émissions carbone supérieures en cas de configurations particulières : aménagements sur la parcelle, fondations spécifiques (ex : zones sismiques).
  • la difficulté de concilier des performances élevées sur l’Energie et sur le Carbone. En effet, le niveau E4 (bâtiment à énergie positive), nécessite l’ajout d’une surface très importante de solaire photovoltaïque, ce qui empêche souvent le respect du premier niveau Carbone (C1).
  •   

    Préparation de la future réglementation RE 2020

    En 2019 et 2020, les Pouvoirs publics prépareront les textes en vue de l’application réglementaire de la future Réglementation Environnementale  2020.

    Les pouvoirs publics ont annoncé une entrée en vigueur de la réglementation à partir de 2020 ou début 2021. Elle devrait s’appuyer sur 2 seuils à respecter, l’un basé sur la performance énergétique, l’autre sur les émissions carbone du bâtiment. Le niveau d’exigence de ces seuils n’est pas défini à ce jour et fera l’objet de discussions suite aux retours de l’expérimentation E+C-.

    Le Conseil Supérieur de la Construction et de l’Efficacité Energétique dont la FFB est membre, sera associé à ce travail. La FFB restera très vigilante afin de s’assurer de la faisabilité technico-économique de cette réglementation.