La Fédération Française du Bâtiment est une organisation professionnelle qui a pour but de représenter et défendre les entreprises de bâtiment
auprès des pouvoirs publics, des décideurs économiques et des autres acteurs de la construction.

Le Bâtiment, une richesse pour la France

Twitter FFB

espace adhérent

espace adhérent

Email utilisateur :

Mot de passe

Mémoriser ses identifiants

OK

Vous êtes ici > > > >

OK

Bâtimétiers N° 33 - 2013 | ÉQUIPEMENTS TECHNIQUES

Nouveau NF DTU ventilation

Penser à la fois étanchéité et renouvellement de l'air

Les systèmes de ventilation simple flux font désormais l'objet d'un NF DTU unifié. Les exigences simultanées d'étanchéité à l'air et de renouvellement de l'air imposent encore plus de rigueur dans le dimensionnement des installations et la mise en œuvre.

Le nouveau NF DTU 68.3 « Installations de ventilation mécanique » est le résultat de la fusion des NF DTU 68.1 et 68.2, et de l'actualisation des règles de l'art pour la mise en œuvre et le dimensionnement d'une installation de ventilation. Une restructuration des textes existants a été réalisée pour répondre aux besoins des professionnels de la ventilation œuvrant sur les systèmes autoréglables simple flux et sur les systèmes de VMC-gaz. Un cahier spécifique à la ventilation double flux, en cours de rédaction, sera intégré dans le NF DTU 68.3. Les systèmes de ventilation hygroréglables, encore considérés comme des techniques innovantes, restent sous Avis technique. Ce NF DTU tient compte des nouvelles exigences entourant la ventilation, des nouvelles règles de construction, ainsi que de l'évolution des usages au sein des habitations (sèche-linge, cuisine ouverte...). « S'il n'y avait qu'un seul élément à retenir de ce NF DTU, explique Michel Forquet (Entreprise Forquet, Côte-d'Or), c'est que, du fait de l'étanchéité à l'air imposée par la RT 2012 et afin de répondre aux exigences de renouvellement de l'air, il faudra que les professionnels soient encore plus rigoureux dans le dimensionnement des installations (débits, pertes de charges...) et dans la mise en œuvre, pour assurer une bonne étanchéité à l'air des réseaux. Le nouveau NF DTU incite notamment les professionnels à prévoir un accès aux divers organes de l'installation et du réseau, afin d'en assurer une maintenance future des niveaux de débit et de qualité de l'air dans les logements de leurs clients. Par ailleurs, la validation de la qualité du réseau par des autocontrôles, essais et vérifications renforcera le savoir-faire du professionnel auprès des clients. »

L'individuel et le collectif réunis dans un même NF DTU

Alors que les anciens textes ne s'appliquaient pas entièrement au logement individuel, le NF DTU 68.3 traite systématiquement, dans chacune de ses composantes, du logement individuel et du collectif. Concernant ce dernier, il stipule la prise en compte du foisonnement (taux de collecte d'air appartement par appartement), ce qui permet de réduire le dimensionnement du réseau et de bien calculer la puissance de l'extracteur en haut de colonne. Le foisonnement est un coefficient qui tient compte du fait que toutes les bouches d'extraction, celles des cuisines par exemple, ne sont pas sollicitées au débit maximum simultanément ; ces paramètres sont pris en compte dans le dimensionnement du système de ventilation, à partir de quatre dispositifs temporisés sur la même colonne. En revanche, le foisonnement ne s'applique pas lorsqu'une seule bouche de la colonne est raccordée à un appareil à gaz.

L'implantation des bouches d'extraction, qui s'effectuait selon les anciens DTU à 10 cm entre l'angle du mur et le bord de la bouche, a été modifiée dans le nouveau à 20 cm entre l'angle du mur et l'axe de la bouche.

Cela permet de laisser un espace suffisant en cas de mesure de débit. En maison individuelle, l'implantation du rejet de l'air vicié s'effectue dans le tiers supérieur de la toiture ou en façade. Le groupe d'extraction, placé dans les combles, doit satisfaire aux exigences acoustiques. En collectif, pour faciliter l'entretien, un interrupteur de proximité est installé à côté de l'extracteur.

Des pertes de charge mieux prises en compte

Autre nouveauté de ce NF DTU : la prise en compte plus conséquente des pertes de charge. Sont ainsi indiqués les coefficients de perte de charge pour l'élargissement ou le rétrécissement, brusques ou coniques, pour des conduits cylindriques et rectangulaires. Idem pour les transformations de conduits rectangulaires en conduits circulaires, et vice-versa. Lors de la conception, il conviendra de veiller à ce que les conduits souples soient limités en longueur pour éviter les pertes de charge. L'entreprise devra être vigilante sur le choix de l'isolation des conduits pour répondre aux prescriptions des réglementations thermique et acoustique en vigueur. En matière de reprise de conduits existants, un diagnostic préliminaire à leur réutilisation doit être réalisé pour s'assurer de la vacuité et de l'étanchéité à l'air. Lorsque la mesure d'étanchéité a lieu, il est proscrit de réutiliser le conduit en l'état si le débit de fuite mesuré est supérieur à 30 %. S'il n'y a pas de mesure, un débit de fuite par défaut équivalent à 30 % doit être pris en compte lors du dimensionnement pour un réseau de VMC métallique existant. Pour des réseaux maçonnés, un débit de fuite complémentaire sera ajouté au droit de chaque bouche d'extraction.

Penser maintenance dès la conception

Le NF DTU porte une attention particulière à l'entretien et à la maintenance des systèmes de ventilation. Il faut tout d'abord bien concevoir le système dans l'ouvrage et bien le mettre en œuvre pour prévoir une maintenance future (trappes de visite, accessibilité à l'extracteur...). Il faut également qu'une rigueur particulière soit portée à l'étanchéité des réseaux aérauliques avec, si possible, l'utilisation d'accessoires à joints, pour pouvoir limiter le taux de fuite du réseau et s'assurer du maintien des débits. Par ailleurs, l'utilisation des conduits souples est limitée à des longueurs inférieures à 2 m. Au-delà, les conduits rigides ou semi-rigides sont privilégiés car plus faciles à nettoyer. Dans les annexes des différentes parties du NF DTU, sont données les fréquences des opérations de maintenance qui incombent au maître d'ouvrage pour les entrées d'air et les bouches d'extraction, et les points de vérification qui doivent être contrôlés par le professionnel lors de l'intervention annuelle sur l'extracteur. Le maître d'œuvre ou l'entreprise devront prendre en compte, pour l'installation ou la maintenance, l'accessibilité au matériel en combles, faux-plafond ou dans un local technique.

Pour en savoir plus

UECF-FFB (Union des entreprises génie climatique et énergétique de France), www.uecf.fr