La Fédération Française du Bâtiment est une organisation professionnelle qui a pour but de représenter et défendre les entreprises de bâtiment
auprès des pouvoirs publics, des décideurs économiques et des autres acteurs de la construction.

Le Bâtiment, une richesse pour la France

Twitter FFB

espace adhérent

espace adhérent

Email utilisateur :

Mot de passe

Mémoriser ses identifiants

OK

Vous êtes ici > > > >

OK

Bâtimétiers N° 37 - 2014 | AMÉNAGEMENT/FINITIONS

Fiche technique

Parquets à clouer

Les parquets à clouer (NF DTU 51.1) sont aujourd'hui essentiellement mis en oeuvre dans les travaux de réhabilitation de bâtiments anciens et de salles sportives.

SUPPORTS APTES À RECEVOIR UN PARQUET À CLOUER

  • Dalles ou chapes adhérentes ou flottantes
  • Dalles et dallages en béton armé ou non armé
  • Planchers en béton
  • Chapes fluides à base de ciment ou de sulfate de calcium
  • Planchers ou faux-planchers en bois ou dérivés du bois
  • Chapes sèches en plaques de plâtre ou en mortier de ciment
  • Solivage en bois ou en métal
  • Supports enrobés bitumineux

PRÉPARATION DU SUPPORT

Le support ne doit pas être exposé à des remontées d'humidité pouvant nuire à la pérennité de l'ouvrage. Les locaux doivent correspondre à la classe de service 1 de l'Eurocode 5 d'humidité relative de l'air. La mise en œuvre ne doit être entreprise que si l'air ambiant est à un état hygrométrique compris entre 45 et 65 %.
- Les sous-couches
Le choix d'une sous-couche dépend de l'usage auquel celle-ci est destinée : sous-couche qui limite les échanges d'humidité (désolidarisation), sous-couche de répartition, sous-couche d'isolation acoustique, sous lambourdes, sous panneaux, sous-couches pour sols sportifs.
- Les lambourdes
Les lambourdes doivent avoir une bonne assise pour éviter tout grincement et être posées afin que leur face supérieure présente une horizontalité et une planéité telles que le parquet posé satisfasse aux tolérances. Elles doivent être posées à écartement régulier et être alignées avec des joints décalés d'une rangée à l'autre. Au droit des trémies, des faces des murs et des cloisons, il est posé un cours de lambourdes destiné à supporter les extrémités des lames.

MISE EN OEUVRE DU REVÊTEMENT

- Lames à parquet en bois massif ou lames contrecollées
ORIENTATION : perpendiculairement à la paroi de la pièce ayant le plus grand éclairement naturel (sauf sols sportifs et locaux de grandes dimensions) afin de limiter les effets de variations dimensionnelles.
IMPLANTATION DES PARQUETS À TRAVÉES ET À PANNEAUX DANS LA PIÈCE : le choix du démarrage de la pose se fait dans l'axe médian de la pièce sauf indication contraire (cheminée, porte, saillie, murs…).
LARGEUR : dans le cas d'une pose à la française, les largeurs des lames ne doivent pas différer de plus de 5 mm dans une même pièce, exception faite des lames de rive.
MISE EN ÉQUILIBRE HYGROSCOPIQUE DU BOIS : lorsque des lames très sèches sont posées dans des locaux où elles sont susceptibles de reprendre de l'humidité, il convient de les dépiler et de les mettre sur liteaux pour atteindre l'équilibre hygroscopique avec l'atmosphère ambiante de service.
SERRAGE : les lames doivent être posées jointives sur leurs rives et bouts, les rives des lames doivent être droites, non épaufrées et non détériorées par le serrage au marteau.
LONGUEUR DES LAMES POSÉES À « BÂTONS ROMPUS » OU « EN POINT DE HONGRIE » : identique dans les différentes travées d'une même pièce à l'exception des travées situées près des murs ou prolongeant une saillie dans la pièce (cheminée, placard, pilier, baie…).
DISPOSITION DES JOINTS : différente selon le type de parquets, mais le jeu ménagé doit se retrouver intégralement recouvert par la plinthe qui permet la dilatation.
RACCORDS AUX SEUILS : dans le cas de baies séparant deux pièces parquetées, il peut y avoir une lame de seuil à la séparation.
ASSEMBLAGE DES LAMES RECOUPÉES (SEUILS, ENCADREMENTS) : les lames recoupées en bout pour jonction avec les lames de seuil, d'encadrement… doivent comporter à cette extrémité une rainure ou une languette d'embrèvement.
FIXATION : les pointes à tête plate sont placées sur rive portant rainure, les pointes à tête homme sur rive portant languette. L'utilisation de pointes traditionnelles nécessite une longueur d'au moins 50 mm pour du parquet de 22 ou 23 mm d'épaisseur. Les agrafes utilisées pour la fixation ont la même longueur que les pointes auxquelles elles se substituent.
- Les panneaux massifs et contrecollés
La mise en œuvre des panneaux se fait par fixation, de la même manière que pour les lames, avec comme exigences supplémentaires la fixation sur faux-plancher et par clouage ou agrafage obligatoirement aux angles accessibles et en des points intermédiaires dont le nombre varie avec la dimension du panneau.

TOLÉRANCES SUR OUVRAGE TERMINÉ

- Planéité Après replanissage, le parquet doit être plan, c'est-à-dire qu'une règle de 2 m posée en un endroit quelconque ne doit pas révéler de flèche supérieure à 5 mm et qu'une réglette de 20 cm ne doit pas révéler de flèche supérieure à 1 mm.
- Ouverture du joint entre lames et panneaux massifs
La largeur ne doit pas dépasser au maximum 2 % de la largeur des éléments constituant le parquet avec un maximum de 2 mm. Pour le joint au pourtour des panneaux, la valeur maximale est de 0,5 % de la dimension du panneau.

Pour en savoir plus

UMB-FFB (Union des métiers du bois), tél. : 01 40 69 57 40, www.umb.ffbatiment.fr