La Fédération Française du Bâtiment est une organisation professionnelle qui a pour but de représenter et défendre les entreprises de bâtiment
auprès des pouvoirs publics, des décideurs économiques et des autres acteurs de la construction.

Le Bâtiment, une richesse pour la France

espace adhérent

espace adhérent

Email utilisateur :

Mot de passe

Mémoriser ses identifiants

OK

Le bâtiment et vous

Formation

Le maçon

Il réalise les fondations et monte les structures porteuses : murs, poutrelles, planchers…
Il utilise des matériaux différents : pierre, brique, parpaing, béton…
Les activités du maçon sont très variées. Il réalise des travaux pour tous les types de construction (maisons individuelles, immeubles de logement, locaux commerciaux et tertiaires…) aussi bien dans le neuf, l’entretien ou la restauration de monuments historiques.
Les entreprises de maçonnerie sont de tailles très diverses : de l’artisan au groupe international.

www.umgo.ffbatiment.fr

Formations

Diplômes de l’Education nationale

Ils se préparent principalement en formation initiale que ce soit par voie scolaire ou en apprentissage. Vous pouvez également l’obtenir par Validation des Acquis de l’Expérience (VAE).

Pour devenir ouvrier professionnel

  • CAP Maçon

  • CAP Constructeur en béton armé

  • BEP Techniques du gros œuvre du bâtiment

Pour devenir compagnon professionnel

  • BP Maçon

  • Bac Pro Technicien du bâtiment : organisation et réalisation du gros œuvre

  • Bac Pro Intervention sur le patrimoine bâti

Pour devenir chef de chantier conducteur de travaux ou technicien en bureau d’études

  • BTS bâtiment

  • BTS études et économie de la construction

  • DUT génie civil

  • Licence Professionnelle

Pour devenir conducteur de travaux ou ingénieur en bureau d’études

  • Titre d’ingénieur

Titres Professionnels

Si vous avez quitté le système éducatif ou que vous souhaitez vous reconvertir, vous pouvez préparer un titre du ministère de l’Emploi.
La formation est principalement dispensée dans des centres de l’AFPA. Vous pouvez suivre la formation à temps plein ou dans le cadre d’un contrat de professionnalisation. Vous pouvez également obtenir les Titres Professionnels par la Validation des Acquis de l’Expérience (VAE).

Pour devenir ouvrier professionnel

  • Maçon

  • Maçon du bâti ancien

Pour devenir chef d’équipe

  • Chef d’équipe en maçonnerie générale

Pour devenir chef de chantier, conducteur de travaux ou technicien en bureau d’études

  • Chef de chantier gros œuvre

  • Métreur

  • Technicien métreur en réhabilitation de l’habitat

  • Technicien d’études en Bâtiment

  • Technicien supérieur d’études, béton armé

  • Technicien supérieur du Bâtiment en économie de la construction

  • Conducteur de travaux du bâtiment

CQP

Il s’agit d’une certification créée par la Branche professionnelle. Vous pouvez y accéder après une formation dans le cadre d’un contrat de professionnalisation ou par la VAE.

Pour devenir compagnon professionnel

  • Compagnon professionnel maçon du patrimoine

Pour devenir Maître ouvrier ou chef d’équipe

  • Certificat de maîtrise professionnelle maçonnerie/gros œuvre

Témoignages

Michaël, maçon, 21 ans

Michaël a déjà une bonne expérience professionnelle puisqu’il travaille dans la même entreprise que celle où il a préparé son CAP et son BP.
Ce que j’aime dans la maçonnerie ? Que ce soit un métier où on ne fait jamais la même chose. Et puis, tous les chantiers sont différents. J’ai déjà participé à la construction d’un stade, d’un immeuble, d’une médiathèque et à la rénovation d’un château. J’ai l’impression d’être utile, et puis je suis fier de montrer à mes copains ce que j’ai fait ».

Ghislaine, maçonne, 40 ans

Ce que j’aime le plus dans ce métier, c’est qu’il y a toujours quelque chose à apprendre. Je ne fais jamais la même tâche : du coffrage, de l’agglo, de la taille de pierre. J’œuvre de mes mains mais aussi avec ma tête. C’est parfois très complexe. Mais la rénovation, c’est magnifique ! Si je devais convaincre quelqu’un de venir dans le Bâtiment, je lui dirais qu’il faut avoir le goût du métier et le faire avec plaisir. Quand je vois le résultat de ce que je suis capable de réaliser, je suis fière de moi.

Laurent, artisan, 30 ans

Laurent est installé comme artisan depuis quatre ans à Mazamet dans le Tarn. Titulaire d’un CAP et d’un BEP, il a réalisé ses premières expériences chez cinq ou six professionnels de la région.
« Il faut connaître plusieurs entreprises. Chacune est organisée différemment ", explique-t-il. Lorsque son dernier patron prend sa retraite, il a 26 ans et décide de se lancer. Son plus jeune frère, Stéphane, le rejoint comme salarié, puis comme associé. L’épouse de Laurent, Sandrine, qui se prépare au professorat d’espagnol, édite les devis et les factures. Comme la plupart des femmes d’artisan, c’est elle qui gère le volet administratif de l’affaire… Les deux frères privilégient la construction de maisons individuelles. " Je préfère cette activité à la rénovation ", explique Laurent. " Dans le neuf, il y a moins de surprises. Or une gestion bien maîtrisée, c’est vital. Côté métier, en rénovation, un maçon touche à tout, devient plâtrier, carreleur… Je préfère que nous soyons très professionnels dans le gros œuvre. Pour être performant en qualité et délais. "
L’équipement de l’entreprise n’est pas négligeable : une pelle mécanique, un camion benne, deux grosses bétonnières, un monte-matériau, etc. Les besoins de financement des premières années sont élevés.
Le statut d’artisan est plus rémunérateur que celui de salarié " mais les responsabilités sont plus lourdes, plus excitantes aussi ". Comme beaucoup d’indépendants, Laurent espère que les décisions politiques encourageront au recrutement, " car ce n’est pas le travail qui manque ".

Consulter la vidéo ici