La Fédération Française du Bâtiment est une organisation professionnelle qui a pour but de représenter et défendre les entreprises de bâtiment
auprès des pouvoirs publics, des décideurs économiques et des autres acteurs de la construction.

Le Bâtiment, une richesse pour la France

Twitter FFB

espace adhérent

espace adhérent

Email utilisateur :

Mot de passe

Mémoriser ses identifiants

OK

Vous êtes ici > > > >

OK

Bâtimétiers N° 37 - 2014 | GROS OEUVRE/STRUCTURE

Sols industriels

Identifier les contraintes de l'utilisateur

Les entreprises disposent aujourd'hui des outils nécessaires pour identifier le type de sol qui correspond à chaque activité industrielle. Point de départ vers la qualité : l'obtention d'informations précises auprès de l'utilisateur final.

Pour un bâtiment industriel, le sol revêt une importance particulière : il doit être impérativement adapté aux contraintes de l'utilisateur, sous peine de perturber son activité et de générer des pertes d'exploitation. Quelle méthode l'entrepreneur de sols industriels doit-il adopter pour être sûr que son ouvrage correspondra à ces contraintes ? « Il faut avoir une approche pragmatique et se poser les bonnes questions, répond Didier Meggiolaro, dirigeant de SIB Bordas, une entreprise de sols industriels implantée à Ternay (Rhône). Quelle est l'activité de l'utilisateur final ? Dans quel environnement va-t-il travailler ? Quelles contraintes, mécaniques ou chimiques, va-t-il imposer à son sol ? Pour cela, la meilleure solution est de se rencontrer et d'échanger directement avec le futur exploitant du site. »
D'autres points doivent aussi être éclaircis : il peut y avoir des contraintes spécifiques en phase provisoire de chantier, par exemple la livraison sur le site de machines très lourdes, ou liées au process de l'utilisateur, avec des chariots élévateurs ou transpalettes, qui imposent des charges ponctuelles supplémentaires au sol. Il faut aussi prendre en compte la question de la glissance, dans le cas où des produits liquides coulent sur le sol, et les impératifs d'entretien de l'utilisateur, avec la fréquence du nettoyage et les produits qui seront utilisés, en s'interrogeant notamment sur leur concentration en acides… Sans oublier l'esthétique, qui ne sera pas la même pour un entrepôt industriel ou un show-room d'exposition.
« Dans les faits, les cahiers des charges vont rarement aussi loin dans la définition du projet, ajoute Didier Meggiolaro. L'entrepreneur de sols industriels doit donc, avant toute chose, mener sa petite enquête. » Pour obtenir ces informations auprès du maître d'ouvrage ou du donneur d'ordre, il peut notamment utiliser l'annexe B du NF DTU 13.3 « Dallages », dans le cas des sols à base de liants hydrauliques, ou bien, dans le cas des sols coulés à base de liants résines, le formulaire de caractérisation d'un sol industriel(1) mis à disposition par le SFMR-FFB.

VERS UNE SOLUTION SUR MESURE

Une fois ces informations recueillies, il existe un outil pour définir le système le plus adapté aux spécificités de l'utilisateur : le guide technique n° 3577 Sols à usage industriel édité par le CSTB. Ce guide définit le classement I/MC(2) des locaux, qui permet de caractériser les sollicitations mécaniques (M) et chimiques (C) du local à revêtir.
Les sollicitations mécaniques sont exprimées par le classement ipru, qui prend en compte l'impact (chocs et chutes d'objets divers), le poinçonnement (par les pieds de rayonnages, les machines outils), le ripage (fourches de chariot élévateur, palettes) et l'usure par roulage (passage répété d'engins roulants). Ces sollicitations mécaniques sont associées à un indice croissant de 1 à 4, en fonction de leur sévérité. Les sollicitations chimiques du local sont exprimées par le classement abs, qui prend en compte les neuf agressions chimiques principales, réunies sous les lettres a pour acides, b pour bases et s pour solvants, et assorties d'un indice croissant de 0 à 4 en fonction de la sévérité de l'agression.
Ces différents paramètres permettent de renseigner le logiciel interactif mis au point par le CSTB, qui donne automatiquement le classement performanciel P/MC(3) du sol industriel ou de la couche d'usure qui correspond aux contraintes de l'activité, en prenant en compte les quatre sollicitations mécaniques et les neuf sollicitations chimiques principales(4). « Ce classement performanciel s'applique aussi bien aux sols à base de liants hydrauliques qu'aux sols coulés à base de liants résines, qui correspondent à des types de contraintes différents, ajoute Didier Meggiolaro. Le gros avantage de cet outil est de proposer des solutions techniques validées par le CSTB, ce qui est une sécurité pour l'entreprise et pour le client. »
De façon schématique, les sols à base de liants hydrauliques (dallages industriels) donnent des revêtements sensibles aux taches, mais présentent une très haute résistance aux sollicitations mécaniques. Ils répondent donc, entre autres, aux besoins des bâtiments logistiques et des ateliers de production, d'assemblage et de réparation, dont les process exigent des machines lourdes. Quant aux sols coulés à base de liants résines, ils se caractérisent par leurs propriétés d'étanchéité, de résistance chimique et de nettoyabilité. Ils s'adaptent particulièrement bien aux activités très exigeantes en matière d'hygiène, comme la pharmacie, l'agroalimentaire, les laboratoires et la micromécanique, voire à certaines activités qui génèrent des fluides polluants, pour lesquelles il est impératif de protéger les sols.
Concernant les interventions sur les sols existants, il faudra en plus s'informer sur l'exploitation antérieure des locaux, pour déterminer d'éventuelles pollutions incompatibles avec le système envisagé. Des prélèvements réalisés sur les sols existants permettront, après analyse, de caractériser le support. « Dans tous les cas, on n'échappe pas à un échange détaillé avec l'utilisateur, car le système défini pour le sol industriel sera toujours sur mesure. C'est à cette condition que l'ouvrage correspondra aux nécessités de l'exploitation et que la qualité sera au rendez-vous », conclut Didier Meggiolaro. En tant que sachant, l'entrepreneur ne doit en aucun cas mettre en œuvre un système s'il a identifié, au stade du projet, qu'il ne correspond pas aux contraintes définies ; sa responsabilité pourrait alors être engagée. L'entrepreneur a tout intérêt à transmettre une note de synthèse en annexe à son offre de prix, reprenant l'ensemble des éléments caractérisant le support et l'ensemble des contraintes.

1

Ce formulaire est en libre téléchargement sur le site www.sfmr.ffbatiment.fr, espace public, rubrique Technique, Textes de référence.

2

Industriel/mécanique chimique.

3

Performentiel/mécanique chimique.

4

Le guide technique et le logiciel sont disponibles auprès du CSTB.

Pour en savoir plus
  • UNESI-FFB (Union nationale des entrepreneurs de sols industriels), tél. : 01 40 69 51 54, www.unesi.ffbatiment.fr
  • SFMR-FFB (Syndicat français des métiers de la résine), tél. : 01 40 69 51 46, www.sfmr.ffbatiment.fr