La Fédération Française du Bâtiment est une organisation professionnelle qui a pour but de représenter et défendre les entreprises de bâtiment
auprès des pouvoirs publics, des décideurs économiques et des autres acteurs de la construction.

Le Bâtiment, une richesse pour la France

Twitter FFB

espace adhérent

espace adhérent

Email utilisateur :

Mot de passe

Mémoriser ses identifiants

OK

Vous êtes ici > > > >

OK

Bâtimétiers N° 41 - 2015 | ÉQUIPEMENTS TECHNIQUES

Incendie

Des exigences simplifiées pour les gaines techniques

La nouvelle réglementation incendie apporte des changements qui impactent les réseaux et gaines techniques au sein des bâtiments. L'esprit général est celui d'une plus grande simplicité, propice à la maîtrise des coûts.

Après trois décennies d'application, le texte du 31 janvier 1986 relatif à la protection contre l'incendie des bâtiments d'habitation a été modifié par l'arrêté du 19 juin 2015, entré en vigueur le 1er octobre dernier. Cette nouvelle réglementation vise une plus grande simplicité et donc un impact direct sur les coûts de construction, en cohérence avec les efforts du Gouvernement pour relancer l'activité du secteur du bâtiment. Le nouveau texte a en particulier des répercutions pour les corps de métiers qui interviennent sur les réseaux (plomberie, gaz, ventilation…), car il modifie les exigences concernant les gaines techniques et les gaines des conduites montantes pour le gaz. Les évolutions à connaître concernent les articles 48 et 54 de la réglementation de 1986, qui ont été amendés dans l'article 5 du nouvel arrêté. Jusqu'à présent, l'article 48 imposait des précautions pour les conduits et calorifugeages inflammables, c'est-à-dire ceux qui se classent dans les catégories de réaction au feu M2 à M4 (C à E dans la classification européenne). Ils doivent être contenus dans une gaine coupe-feu de degré 1/2 h dans les habitations collectives de la famille 2 ou dans les habitations de familles 3 et 4 (voir le schéma ci-dessous pour un rappel sur les différentes familles d'habitations).

Les dispositions particulières de sécurité incendie en logement collectif

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Garantir 1/4 h de résistance

Les trappes et portes de visite aménagées dans ces gaines doivent être coupe-feu de degré 1/4 h si leur surface est inférieure à 0,25 m2 et de degré 1/2 h au-delà de 0,25 m2. Le recoupement de la gaine est nécessaire au passage du plancher pour garantir une certaine étanchéité. Il doit être en matériaux incombustibles (de classe M0 ou A1) — par exemple en béton ou en plâtre, qui peuvent provenir des déchets nobles de chantier. Les recoupements sont obligatoires au niveau des planchers hauts du sous-sol et des locaux techniques. Dans les habitations de la famille 4, ils doivent survenir un étage sur deux. Dorénavant, lorsque le recoupement sera réalisé à tous les niveaux, des propriétés coupe-feu de degré 1/4 h seront jugées suffisantes pour les trappes et portes de visite.

Simplifier sans diminuer les exigences

Ces exigences réaménagées rendent possible l'utilisation courante de panneaux de bois médium de 25 mm d'épaisseur pour les portes de façades de gaines techniques lorsque les planchers sont recoupés à chaque niveau. L'administration s'est appuyée sur les résultats d'une campagne d'essais de résistance au feu portant sur différentes configurations de portes de gaines techniques en menuiserie, menés par la FFB dans le cadre de son Programme recherche développement métier (PRDM). Ces tests ont permis d'établir que l'emploi des techniques courantes traditionnelles suffisait à garantir une durée de résistance au feu d'au moins un quart d'heure. La FFB a ainsi pu soutenir les ateliers de menuiserie qui pourront continuer à réaliser eux-mêmes les portes et trappes de gaines. Pour ce qui est des gaines pour conduites montantes de gaz de ville, l'arrêté de 2015 introduit une simplification qui ne diminuera pas le niveau de sécurité actuel, en supprimant feuillure et joint sur les portes et trappes de visite. En effet, dans le cas du gaz, la dimension de protection incendie essentielle réside dans la détection des fuites qui doivent être identifiées le plus tôt possible dans les locaux habités : il est donc très important de faire en sorte que les gaines techniques ne pèchent pas par excès d'étanchéité. Enfin, la nouvelle réglementation modifie légèrement les exigences de désenfumage pour une certaine catégorie de bâtiments. Le nouvel article 3 reclasse dans la famille 3A certains bâtiments qui se trouvaient jusque-là dans la famille 3B, objet de prescriptions plus contraignantes en matière de désenfumage. En seront désormais exemptées les habitations de 7 étages ou moins qui comportent des circulations horizontales de 10 m au maximum entre porte palière la plus éloignée et accès à l'escalier, contre 7 m précédemment (voir schéma).

 

Schéma de principe des nouvelles exigences pour les parois de gaines techniques

Manuel Candeias, gérant de l’entreprise Camibat

« Viser le meilleur niveau de sécurité possible »

Spécialiste de la protection incendie, Camibat intervient sur les dispositifs de désenfumage naturel (bâtiments, cages d'escalier et certaines circulations) et mécanique (circulations, parkings et tout type de local où le désenfumage naturel ne peut être mis en place). « La prévention incendie étant très réglementée, il est important que les entreprises sachent bien informer et conseiller leurs clients. Grâce au Programme recherche développement métier de la FFB, le Groupement installateurs et mainteneurs systèmes sécurité incendie (GIMSSI) a élaboré un logiciel de calcul pour dimensionner les installations de désenfumage naturel. L'ouverture de ces installations, activée par un dispositif de commande, permet l'évacuation de gaz chauds en cas de sinistre. Il peut aussi arriver qu'un désenfumage réglementaire soit techniquement impossible, faute par exemple de place dans un bâtiment d'habitation ancien. Notre rôle est alors de viser le meilleur niveau de sécurité possible avec l'accord des organismes de prévention. Cela requiert bien sûr des compétences et une expérience solides : il est donc fondamental que les maîtres d'ouvrage s'adressent à des entreprises qualifiées et certifiées. La maintenance régulière, sous la responsabilité du maître d'ouvrage, est également incontournable pour garantir le bon fonctionnement en cas de sinistre et la pérennité de l'installation. »

Pour en savoir plus
  • FFB-DAT (Direction des affaires techniques), tél. : 01 40 69 57 01
  • UNCP-FFB (Union nationale des chambres syndicales de couverture et de plomberie de France), www.uncp.fr