La Fédération Française du Bâtiment est une organisation professionnelle qui a pour but de représenter et défendre les entreprises de bâtiment
auprès des pouvoirs publics, des décideurs économiques et des autres acteurs de la construction.

Le Bâtiment, une richesse pour la France

Twitter FFB

espace adhérent

espace adhérent

Email utilisateur :

Mot de passe

Mémoriser ses identifiants

OK

Vous êtes ici > > > >

OK

Bâtimétiers N° 16 - 2009 | GROS OEUVRE/STRUCTURE

FICHE PATHOLOGIE

Fissures « structurelles » des maçonneries pavillonnaires

Le constat

Le retrait des mortiers, l'hétérogénéité des matériaux et la flexion des planchers sont les trois principales causes de fissuration des murs extérieurs des pavillons.

Le diagnostic des désordres

Les murs extérieurs de structure des pavillons sont le plus souvent constitués de blocs de maçonnerie assemblés par des joints de mortier. Leur face extérieure est habituellement recouverte d'un enduit hydraulique à base de ciment (confectionné sur place) ou d'un enduit monocouche, prêt à l'emploi (fabriqué industriellement). Les désordres affectant ce type de murs ont diverses origines : le mouvement des fondations, une fuite au niveau des liaisons fenêtre/gros œuvre, des désordres de l'enduit ou des fissures structurelles de la maçonnerie liées au fonctionnement de la paroi, sous l'effet de certaines sollicitations.

Les causes des fissures structurelles

Les fissures de retrait « différentiel » des matériaux de la paroi, du fait de la perte en eau de certains éléments. Juste après la mise en œuvre, le mortier de pose se rétracte en perdant peu à peu son eau, alors que les blocs de béton préfabriqués en usine, qui ont terminé leur retrait depuis longtemps, conservent leurs dimensions, d'où fissuration. Le phénomène apparaît très rapidement après le montage et son intensité est proportionnelle à l'excès d'eau de gâchage par rapport au dosage nécessaire pour une parfaite prise du mortier de pose. Un temps très sec et l'utilisation de blocs non mouillés au préalable aggravent le phénomène.

Les variations de température ou d'humidité. Lorsque la paroi est constituée de plusieurs matériaux, leur comportement différent face à la chaleur et/ou l'humidité peut créer des fissures à leurs jonctions.

La flexion et le retrait des planchers. Le plancher haut du pavillon est généralement du type poutrelles-hourdis, réalisé à l'aide de poutrelles préfabriquées en béton armé ou précontraint, portant dans un seul sens, sur des longueurs pouvant dépasser 5 m. Un tel plancher peut subir une légère déformation de flexion dans sa partie centrale. Si elle ne nuit pas à sa solidité, elle peut toutefois s'accompagner d'une rotation de l'appui sur le mur de façade et d'un soulèvement de la rive du plancher. Ces mouvements peuvent engendrer une fissure horizontale sous l'arête de la base d'appui du plancher. Le retrait du plancher en béton peut aussi causer un cisaillement en façade au niveau de l'appui.

L'absence ou la mauvaise mise en œuvre de chaînages horizontaux et verticaux au niveau des planchers, des couronnements des murs, des angles saillants ou rentrants des maçonneries.

Au niveau des fenêtres, une mauvaise réalisation des appuis, des allèges et des linteaux.

Les points sensibles

Les blocs de maçonnerie font l'objet de normes qui définissent les caractéristiques générales de ces éléments et les essais correspondants. Le NF DTU 20.1 précise notamment les règles de l'art en matière d'exécution d'ouvrage de parois et de murs en maçonnerie traditionnelle de petits éléments et les dispositions constructives minimales.

Les conseils de prévention

  • Utiliser des blocs de maçonnerie conformes aux normes, de même âge et de même origine ;
  • prévoir des chaînages horizontaux au droit de chaque plancher et des arases de pignon ;
  • prévoir des chaînages verticaux et des raidisseurs intermédiaires avec des blocs spéciaux ;
  • réaliser des planchers peu déformables ;
  • mettre une planelle ou un U de même nature que les blocs utilisés pour les murs au droit des abouts de planchers ;
  • réaliser, en forme de harpe, les liaisons entre murs perpendiculaires.
 CAS DE LA DÉFORMATION DU PLANCHER

Cette fiche est extraite du classeur « Fiches pathologie du bâtiment », réalisé par l'Agence qualité construction (AQC) et la Fondation Excellence SMA. Les 61 fiches pathologie sont consultables sur www.qualiteconstruction.com ou www.smabtp.fr ; elles reprennent les principales pathologies par type d'ouvrage (fondations et infrastructures, structures et gros œuvre, toitures et charpentes, enveloppes et revêtements extérieurs, équipements, aménagements intérieurs).

Pour en savoir plus

UMGO-FFB (Union de la maçonnerie et du gros œuvre), tél. : 01 40 69 51 59, www.umgo.ffbatiment.fr