Performance économique

23:3108/12/2011
Rédigé par FFB Nationale
Si le besoin en fonds de roulement est un rouage essentiel de la gestion d'une entreprise, l'autre élément stratégique est constitué par la performance économique.

à quoi correspond cette performance ?

Elle est mesurée par le rapport entre l'excédent brut d'exploitation (EBE) et le chiffre d'affaires de l'exercice. L'EBE c'est ce qu'il reste de la valeur ajoutée après versement des frais de personnel et des impôts et taxes. En d'autres termes, c'est la richesse de l'entreprise qui lui servira à rémunérer la banque (frais financiers), à asseoir la politique d'investissement et dégager des bénéfices visant à rémunérer le capital. Bien entendu, plus le ratio est élevé, plus l'entreprise dégage, sauf frais financiers excessifs, des résultats.

Comment la calculer ?

Plan comptable EBE =
70-71 Production (CA + variation de la production stockée)
60-61-62 - Consommations intermédiaires
74 + Subventions d'exploitation
63 - Impôts, taxes et versements assimilés
64 - Salaires et traitements
64 - Charges sociales
Plus concrètement : le concept (EBE) apparaît clairement dans les comptes intermédiaires de l'entreprise.

Quel est son niveau ?

Le ratio est en moyenne de 4,8 % pour les entreprises de plus de dix salariés. Il est plus élevé dans les petites entreprises mais cela n'est dû qu'à un jeu d'écritures comptables : la très grande majorité des exploitants non salariés se rémunèrent à partir du bénéfice net comptable, leur rémunération tout comme leurs charges sociales personnelles sont donc comptabilisées dans l'excédent brut d'exploitation, les données comptables ne permettant pas de mesurer le traitement que se verse l'exploitant non salarié.
    • Le second œuvre présente une performance supérieure au gros oeuvre, l'excédent brut d'exploitation représentant environ un point de chiffre d'affaires en plus ; • Plus précisément, dans le second oeuvre, les corps de métiers liés à la charpente et à la couverture possèdent la performance économique la plus forte. Suivent ensuite les métiers liés à la menuiserie serrurerie. Le secteur des revêtements de sols et de murs se place dans les dernières positions, quelle que soit la taille de l'entreprise. Le tableau ci-contre vous permet de comparer la performance économique de votre entreprise par rapport à celle du corps de métiers auquel elle appartient.
    Excédent brut d'exploitation/chiffre d'affaires
    Entreprises de 0 à 9 salariés Entreprises de 10 à 19 salariés Entreprisesde 20 salariés et +
    Gros œuvre 6,9 % 5,4 % 4,0 %
    Second œuvre 8,0 % 6,4 % 4,8 %
    Couverture 9,5 % 7,5 % 6,1 %
    Plomberie 8,6 % 6,2 % 4,9 %
    Charpente 8,8 % 8,2 % 6,5 %
    Menuiserie et serrurerie 8,2 % 7,1 % 6,0 %
    électricité 8,0 % 6,1 % 3,7 %
    Génie climatique 7,6 % 5,7 % 4,9 %
    Plâtrerie 7,6 % 6,6 % 4,3 %
    Revêtement de sols et de murs 7,0 % 6,0 % 4,1 %
    Vitrerie 8,0 % 7,1 % 3,3 %
    Peinture 7,9 % 6,0 % 5,5 %
    Autres aménagements et finitions 6,5 % 6,5 % 5,9 %
    Bâtiment 7,6 % 6,3 % 4,5 %
    Source : données comptables Insee Alisse (2002, dernières données disponibles).

Contenu réservé aux adhérents FFB

  • Profitez aussi de conseils et de soutien

    Des services de qualité, de proximité, avec des experts du Bâtiment qui connaissent vos enjeux métier et vous accompagnent dans votre quotidien d'entrepreneur.

  • Intégrez un réseau de 50 000 entreprises

    La FFB est fière de représenter toutes les entreprises du bâtiment, les 2/3 de nos adhérent(e)s sont des entreprises artisanales.

  • Bénéficiez des dernières informations

    Recevez Bâtiment actualité 2 fois par mois pour anticiper et formez-vous aux évolutions des métiers ou de la législation.

Pour contacter facilement votre fédération et accéder aux prochaines réunions
Vous n'êtes pas adhérent et vous cherchez une information ?