Tendances récentes du bâtiment - Décembre 2023

La crise du neuf s'amplifie et touche le logement comme le non résidentiel. En revanche, le segment de l’amélioration-entretien reste dynamique. Au global, l’activité dans le bâtiment s’infléchit à -1,5 % en glissement annuel au troisième trimestre 2023, mais bénéficiera encore sur la fin de l'année de carnets de commandes à bon niveau, à 7 mois en moyenne à fin novembre 2023. Ils s’érodent toutefois, augurant d'une année clairement baissière.
8:3408/12/2023
Rédigé par FFB Nationale

Note de lecture :

Plus l’aiguille se situe dans le rouge, plus l’indicateur connaît une situation défavorable par rapport à sa moyenne de long terme ; à l’opposé, plus l’aiguille se situe dans le vert, plus la situation ressort favorable.

Le contexte général

Au troisième trimestre 2023, la croissance économique française s’érode à -0,1 % en volume après +0,6 %. Ce décrochage s’explique par le ralentissement de l’investissement avec une progression moins soutenue de la composante entreprises mais surtout de la composante ménages (où l’investissement se compose à 80 % de dépenses de construction ou de travaux lourds de logements). En revanche, les dépenses de consommation des ménages se redressent. Le taux de chômage poursuit sa remontée à 7,4 % et le taux d’épargne des ménages ralentit un peu à 17,4 %.

 

L’inflation ralentit encore en novembre 2023, à 3,4 % sur un an après 4,0 % le mois précédent. Toutefois, les taux des crédits immobiliers aux particuliers poursuivent leur remontée à 4,12 % en moyenne en octobre 2023, hors frais et assurances. En conséquence, la production de crédits immobiliers dans le neuf ralentit, à -26,5 % en glissement annuel au troisième trimestre 2023.

Les marchés du bâtiment

 

En glissement annuel sur trois mois à fin octobre 2023, la chute des mises en chantier de logements se lit à -25 % et les permis s’effondrent de près de 20 %. De plus, l’activité à l’amont de la filière reste fortement dégradée : les ventes chutent de 38,4 % sur la période dans l’individuel diffus et de 39,9 % entre les troisièmes trimestres 2022 et 2023 dans la promotion immobilière pour les ventes destinées aux particuliers. En revanche, celles destinées aux institutionnels progressent de 34,9 % grâce aux politiques de rachat du stock engagées par Action Logement et CDC Habitat.

 

Dans le non résidentiel neuf, les surfaces commencées abandonnent 7,7 % en glissement annuel sur trois mois à fin octobre 2023, et tous les segments s’affichent en territoire négatif. Quant aux surfaces autorisées, elles reculent de 8,5 %. Là encore, tous les segments ressortent en baisse, les plus marquées se lisant pour les bureaux (-32,1 %) et les commerces (-15,8 %), alors que les bâtiments administratifs se stabilisent quasiment (-0,6 %).

 

En revanche, l’activité en amélioration-entretien poursuit son accélération au troisième trimestre 2023, à +3,0 % en volume sur un an, après respectivement +2,4 % et +1,0 % aux deuxième et premier trimestres. Le mouvement s’avère encore plus rapide pour la rénovation énergétique, à +4,0 % entre les troisièmes trimestres 2022 et 2023.

 

Globalement, l’activité bâtiment commence à se contracter, à -1,5 % au troisième trimestre 2023 sur un an, mais bénéficiera dans les prochains mois de carnets de commandes encore à bon niveau, aux environs de 7 mois en moyenne à fin novembre 2023 pour éviter le décrochage brutal. Ils s'érodent toutefois, annonçant une année 2024 clairement baissière.

 

L’appareil de production

 

En glissement annuel au troisième trimestre 2023, l’emploi salarié entame un léger repli à -0,5 %. À l'inverse, l'intérim progresse de 1,0 % en équivalent-emplois à temps plein. Au total, on dénombre 4 900 postes détruits sur cette période, solde d’une baisse de 5 900 salariés et d’une hausse de 1 000 intérimaires ETP. Le basculement entre emploi salarié et intérimaire, signe d’une plus grande prudence des entrepreneurs sur les embauches pérennes en pleine crise du neuf, se confirme donc. D’ailleurs, les perspectives en termes d’emploi salarié pour les trois prochains mois continuent de se tasser chez les entreprises de plus de dix salariés.

 

En glissement annuel sur trois mois à fin octobre 2023, hors micro-entrepreneurs, les créations d’entreprises dans la construction reculent de 12,7 %. Quant aux défaillances, sur la même période, elles augmentent de 28,1 % et dépassent leur niveau d'avant crise sanitaire, de 9,9 % précisément (cumul entre août et octobre 2019).

 

Par ailleurs, on relève une quasi-stabilisation du taux de marge opérationnelle (corrigé de la rémunération du travail des chefs d’entreprise non salariés) dans la construction au troisième trimestre 2023, à 22,3 %. Il se maintient clairement en-deçà de celui relevé au quatrième trimestre 2019 (26,7 %), avant le déclenchement de la crise sanitaire. En outre, toujours sur le troisième trimestre 2023, les trésoreries des artisans se dégradent, après trois trimestres d’assez bonne tenue, alors qu'elles s'érodent chez les entreprises de plus de dix salariés pour renouer avec leur moyenne de long terme.

 

Pour contacter facilement votre fédération et accéder aux prochaines réunions
Vous n'êtes pas adhérent et vous cherchez une information ?