Garantir la tenue au feu des éléments métalliques rapportés

Les éléments métalliques rapportés en façade peuvent faire l'objet d'une exigence de stabilité au feu (capacité portante pouvant aller d'une demi-heure à deux heures) et d'une exigence liée à la propagation du feu par les façades (application de la règles du C+D, étanchéité entre façade et élément rapporté). Un champ réglementaire important à prendre en compte par les métalliers.
11:0006/12/2018
Rédigé par
revue
Retrouvez ce dossier dans notre revue Bâtimétiers
Bâtimétiers Numéro 53 | Décembre 2018

Les éléments métalliques rapportés en façade de bâtiment (escaliers, balcons, coursives) conçus et mis en oeuvre par les métalliers doivent répondre aux mêmes exigences réglementaires de stabilité au feu que le reste du bâtiment(1). La tenue au feu exigée pour ces éléments varie en fonction des bâtiments, ERP ou habitations, d'une demi-heure (R30) à deux heures (R120), avec une exigence d'une heure (R60) pour le petit collectif. « Il faut donc impérativement prendre connaissance du dossier sécurité incendie compris dans les pièces écrites du marché, pour savoir à quelles exigences doivent répondre les ouvrages », déclare Laurent Gasse, dirigeant de l'entreprise de métallerie LG Bahuon (Lorient). Cependant, ces éléments, qui ne sont pas sujets au confinement, ne sont pas soumis à la réglementation incendie conventionnelle, qui provoquerait un surdimensionnement inutile.

 

Les éléments métalliques rapportés porteurs, comme les escaliers et issues de secours, doivent faire l'objet d'une note de calcul, selon la méthode dite « des flammes extérieures ». Il s'agit d'une méthode normative, décrite dans l'annexe B de l'Eurocode 1 partie 1.2, et l'annexe B de l'Eurocode 3 partie 1.2 (qui contient des formules simplifiées). Il conviendra de vérifier le degré EI de la surface de plancher chargé, permettant d'estimer la température maximale qui peut être atteinte par les éléments de structure en acier, situés à l'extérieur du bâtiment. La stabilité au feu de ces éléments est justifiée quand cette température maximale demeure inférieure à la température critique de l'élément, au-delà de laquelle il perd sa stabilité (par exemple 570 °C pour les poutres hyperstatiques, ou 540 °C pour les poutres isostatiques et les éléments tendus, selon les valeurs forfaitaires de l'annexe nationale de la norme NF EN 1993-1-2). « L'application de cette méthode, dans la plupart des cas, permet l'utilisation d'éléments porteurs métalliques sans aucune protection supplémentaire rapportée, à condition d'exclure l'aluminium », ajoute Laurent Gasse. Quand la stabilité au feu ne peut pas être justifiée sans protection, il convient d'y appliquer une peinture ou pâte intumescente, qui présente un procès-verbal d'essai établi par un laboratoire agréé, en appliquant les épaisseurs issues des abaques donnés dans le procès-verbal.

 

Pour les éléments non porteurs comme les balcons, situés par exemple devant une fenêtre ou une porte-fenêtre, la réglementation à appliquer est celle relative aux façades. Il s'agit en particulier des dispositions de la règle dite du « C+D » empêchement de la propagation des flammes par les étages, qui impose une distance minimum entre deux baies superposées (C) et une distance horizontale pour la saillie du plancher (D), afin de créer un obstacle à la propagation du feu d'un étage à l'autre du bâtiment. Pour que la règle soit respectée, la somme des distances C et D doit être conforme à la valeur minimale fixée en fonction du type de bâtiment et de la masse combustible des matériaux utilisés en façade. Quand les éléments rapportés sont équipés de rupteurs thermiques, des dispositions constructives doivent être mises en oeuvre pour garantir l'étanchéité de l'écran formé par la distance C. De même, des dispositions constructives doivent être prises pour assurer l'étanchéité aux flammes à la jonction entre les planchers de l'élément rapporté et les façades, par exemple sous la forme d'une tôle d'acier de faible épaisseur (« bavette »). Les règles constructives applicables au niveau des jonctions entre planchers et façades (emplacement des baies ou dimensions minimales des saillies) sont données par l'Instruction technique IT 249. La performance au feu de toute solution différente de celles proposées dans l'IT 249 devra être justifiée par un rapport d'essai au feu. Il y aura lieu de vérifier la stabilité au feu de l'élément rapporté, hors charge rajoutée, une heure par calcul ou une demi-heure par essai Lepir.

 

Pour en savoir plus

FFB Métallerie (Union des métalliers), tél. : 01 40 55 13 00, www.metal-pro.org

 

1

Les éléments présentés dans cet article sont tirés du guide RAGE Balcons et coursives métalliques rapportés de mai 2013 (https://fr.slideshare.net/Pascalf/guide-ragebalconscoursivesmetalliquesrapportes201305).

Contenu réservé aux adhérents FFB

  • Profitez aussi de conseils et de soutien

    Des services de qualité, de proximité, avec des experts du Bâtiment qui connaissent vos enjeux métier et vous accompagnent dans votre quotidien d'entrepreneur.

  • Intégrez un réseau de 50 000 entreprises

    La FFB est fière de représenter toutes les entreprises du bâtiment, les 2/3 de nos adhérent(e)s sont des entreprises artisanales.

  • Bénéficiez des dernières informations

    Recevez Bâtiment actualité 2 fois par mois pour anticiper et formez-vous aux évolutions des métiers ou de la législation.

Pour contacter facilement votre fédération et accéder aux prochaines réunions
Vous n'êtes pas adhérent et vous cherchez une information ?