Les règles de l'art s'adaptent aux réglementations

Reconnues par les assurances comme des techniques courantes, les recommandations professionnelles issues des programmes RAGE et Pacte sont déjà utilisées à large échelle par les entreprises avec l'objectif d'être intégrées peu à peu aux NF DTU lors de leur révision ou de leur création.
11:0008/09/2016
Rédigé par FFB Nationale
revue
Retrouvez ce dossier dans notre revue Bâtimétiers
Bâtimétiers Numéro 44 | Septembre 2016

Respecter les nouvelles réglementations en matière de développement durable - notamment la performance énergétique des bâtiments, la réduction des émissions de gaz à effet de serre, la prise en compte des matériaux bio-sourcés... - nécessite une adaptation des règles de l'art existantes. Pour aider les entreprises à adopter des bonnes pratiques en la matière, les pouvoirs publics ont lancé le programme RAGE 2012 (Règles de l'art Grenelle environnement), avec notamment le concours des unions et syndicats de métiers de la FFB. Ce programme a permis de mettre en évidence un ensemble de solutions techniques clés pour atteindre les objectifs de performance énergétique fixés. Celles-ci sont aujourd'hui disponibles sous la forme de 30 recommandations professionnelles RAGE pour les techniques les plus répandues, et 27 guides RAGE pour les plus innovantes, l'ensemble de ces documents étant téléchargeable sur internet1. Depuis 2015, c'est le programme Pacte2 qui a pris le relais, pour compléter la collection avec des ouvrages intégrant les aspects de formation et de montée en compétences dans les entreprises. Sont également disponibles sur le site du programme une trentaine de Calepins de chantier, déjà édités ou à venir : des mémentos décrivant les bonnes pratiques d'exécution pour les personnels de chantier.

 

Des contenus pour les NF DTU

 

Précision importante, les recommandations RAGE ont été reconnues par les assureurs comme des techniques courantes, au même titre que les règles professionnelles acceptées par la C2P (Commission prévention produits) de l'Agence qualité construction (AQC). Elles permettent, de ce fait, une diffusion de plus en plus large, auprès de l'ensemble des entreprises du bâtiment, des solutions techniques performantes et des bonnes pratiques associées. D'autre part, pour parachever leur introduction dans le domaine traditionnel, les recommandations RAGE et documents Pacte ont vocation à être intégrés aux NF DTU existants lors de leur révision, ou lors de l'élaboration des nouveaux NF DTU.

 

(1) www.programmepacte.fr/catalogue

(2) Programme d'actions pour la qualité de la construction et la transition énergétique.

 

 

Des règles assurées au même titre que les techniques courantes

 

Les assureurs jouent un rôle majeur dans la diffusion et l'application des règles professionnelles RAGE, en les intégrant dans le domaine traditionnel. « Considérant la grande qualité des productions du programme RAGE, la fédération des assureurs a émis une recommandation invitant ses membres à les considérer comme des techniques courantes », déclare Rémi Porte. En conséquence, les professionnels qui mettent en œuvre des règles RAGE sont automatiquement couverts par leur contrat d'assurance décennale, sans avoir besoin de faire aucune démarche auprès de leur assureur.

Rémi Porte, responsable construction de la FFA 

 

De bons textes de base qui restent perfectibles

 

Positionné sur les marchés de l'étanchéité et du bardage, Denis Lehen, directeur technique de Soprema entreprises a participé à l'élaboration des règles RAGE concernant le bardage métallique. « Avec l'arrivée de la RT 2012, le traitement des ponts thermiques et de l'étanchéité à l'air des bardages métalliques est devenu une priorité, explique-t-il. L'intérêt majeur des recommandations RAGE réside dans les solutions techniques qu'elles contiennent pour répondre à ces exigences. » Pour le chef d'entreprise, ce type de document reste complexe à utiliser et doit être synthétisé à destination des équipes de chantier. Si elles répondent aux exigences de performance énergétique, ces règles posent aussi des problèmes nouveaux, comme celui du risque accru de condensation issue de l'étanchéité à l'air, appelant une ventilation adaptée et une modification des modes constructifs (pare-vapeur continu sur bac acier) qui devront être pris en compte dans la rédaction du futur NF DTU qui en sera issu.

 

Pour contacter facilement votre fédération et accéder aux prochaines réunions
Vous n'êtes pas adhérent et vous cherchez une information ?