La Fédération Française du Bâtiment est une organisation professionnelle qui a pour but de représenter et défendre les entreprises de bâtiment
auprès des pouvoirs publics, des décideurs économiques et des autres acteurs de la construction.

Le Bâtiment, une richesse pour la France

Twitter FFB

espace adhérent

espace adhérent

Email utilisateur :

Mot de passe

Mémoriser ses identifiants

OK

Vous êtes ici > > > >

OK

Bâtimétiers N° 19 - 2010 | ÉQUIPEMENTS TECHNIQUES

SALLES DE BAINS

Nouvelles règles pour les installations électriques (2e partie)

Les salles de bains changent et, avec elles, les installations électriques. Pour s'adapter à ces évolutions, l'amendement A2 de la norme NF C 15-100 est en application depuis le 30 avril 2009.

Outre la redéfinition du domaine d'application, le recensement des matériels admis et la nouvelle définition géométrique des grands volumes de sécurité (voir Batimétiers n°17 p. 37), l'amendement A2 de la norme NF C 15-100, qui fixe la réglementation des installations électriques dans les salles de bains, s'intéresse également aux matériels admis selon les volumes aux chauffe-eau, aux éléments chauffants dans le sol et aux liaisons équipotentielles supplémentaires (LES).

En ce qui concerne ces dernières, l'annexe A de l'ancienne partie 7-701 de la norme est remplacée par deux annexes A et B consacrées aux LES.

Il s'agit, cette fois, d'annexes normatives. Désormais, l'amendement A2 autorise la réalisation des LES de deux façons différentes :

  • soit par la connexion des éléments entre eux de proche en proche. À noter que les huisseries de porte ne peuvent plus servir de portions de liaison, en raison du risque de remplacement de ces dernières par un élément non métallique ;
  • soit avec une boîte de connexion spécifique à l'ensemble des circuits concernés. Dans ce cas, la boîte peut être implantée à l'intérieur du local ou dans un local adjacent, sur une paroi commune. Cette option peut, par exemple, faciliter la réalisation d'un carrelage en salle de bains. L'amendement précise aussi qu'il n'est pas nécessaire de relier à la liaison équipotentielle les robinets reliés à des canalisations en matériaux isolants ou composites à paroi externe isolante.

Matériels admis

Du côté des matériels admis, la principale nouveauté porte sur le volume 2. Désormais, les équipements qui s'y trouvent doivent posséder un degré de protection au moins égal à IPX4 (IPX3 auparavant). Pour le volume 1, le degré de protection IPX4 est toujours de mise, sauf pour les douches à jets horizontaux qui imposent la mise en œuvre de matériels IPX5. Sous la baignoire, pas de changement ou presque. Seul le degré de protection des équipements installés passe de IPX3 à IPX4. Quant aux luminaires, les socles DCL (1) sont maintenant admis dans le volume 2. Cependant, lorsque les caractéristiques de la douille DCL ne respectent pas les exigences de ce volume, le socle DCL du point d'éclairage doit être, soit laissé en attente - dans ce cas, il doit répondre à l'exigence IPX4 par exemple au moyen d'un obturateur -, soit connecté et recouvert par un luminaire adapté aux exigences du volume. Autre nouveauté, la prise « rasoir » ne donne plus lieu à dérogation sur son degré de protection. L'amendement A2 lui impose le respect des règles liées au volume : degré IPX1 en volume 3 et IPX4 en volume 2.

Chauffe-eau

Les chauffe-eau, eux, continuent de faire l'objet de règles spécifiques : à accumulation, ils doivent être installés en volume 3 ou hors volume. Cependant, lorsque la salle de bains est trop petite, ils peuvent s'installer en volume 2, voire en volume 1 s'il est horizontal et placé le plus haut possible. Une seule condition : qu'il soit protégé par un dispositif différentiel à haute sensibilité 30 mA. En revanche, l'obligation de le raccorder à des canalisations d'eau en matériau conducteur est supprimée. Les canalisations PER sont maintenant admises. Cette disposition est valable pour tous les types de chauffe-eau à accumulation et instantané. Chauffe-eau instantané que l'on peut à présent alimenter directement par un câble, sans interposition d'une boîte de connexion.

Enfin, il est possible de noyer des éléments électriques chauffants dans le sol sous les volumes 2 ou 3 ou hors volume à condition qu'ils soient recouverts d'un grillage (ou qu'ils comportent un revêtement) métallique mis à la terre et relié à la liaison équipotentielle supplémentaire. En revanche, l'amendement précise que les éléments électriques chauffants noyés, autres que ceux alimentés en TBTS (très basse tension de sécurité), sont interdits en dessous du volume 1 et dans les parois délimitant ledit volume.

DÉFINITION DES VOLUMES POUR UNE SALLE DE BAINS COMPORTANT UNE CABINE DE DOUCHE AVEC RECEVEUR


* Degré de protection IP requis pour les équipements se trouvant dans le volume.


(1) DCL : Dispositif de connexions pour luminaires.

Pour en savoir plus

FFIE-FFB (Fédération française des entreprises de génie électrique et énergétique),
tél. : 01 44 05 84 00, www.ffie.fr