La Fédération Française du Bâtiment est une organisation professionnelle qui a pour but de représenter et défendre les entreprises de bâtiment
auprès des pouvoirs publics, des décideurs économiques et des autres acteurs de la construction.

Le Bâtiment, une richesse pour la France

Twitter FFB

espace adhérent

espace adhérent

Email utilisateur :

Mot de passe

Mémoriser ses identifiants

OK

Vous êtes ici > > > >

OK

Bâtimétiers N° 13 - 2008 | ENVIRONNEMENT

CONCEPTION BIOCLIMATIQUE

Composer avec le site, le climat et le confort de l'usager

Capter la chaleur du soleil l'hiver, s'en protéger l'été... La conception bioclimatique remet au goût du jour des principes de bon sens, avec l'innovation en prime.

Augmentation du coût de l'énergie, lutte contre le réchauffement climatique, préservation des ressources naturelles... Les professionnels du bâtiment cherchent des solutions face au défi environnemental. Les architectes aussi. L'objectif : concevoir des bâtiments économes en énergie en conservant le même degré de confort. On parle à ce propos de conception bioclimatique : utiliser intelligemment les ressources en énergie gratuite pour limiter le recours aux installations énergivores (chauffage et climatisation). Une maison bioclimatique utilisera ainsi à son avantage les atouts du climat (ensoleillement, vents dominants). « Un bâtiment sera bioclimatique dès lors qu'il sera conçu pour être performant d'un point de vue énergétique. C'est la condition nécessaire, même si elle n'est pas suffisante, pour un bâtiment à prétention environnementale », estime Nicolas Favet, fondateur de l'agence Nicolas Favet Architectes, spécialiste des questions de Haute Qualité Environnementale. Le concepteur cherchera notamment à optimiser les apports solaires en toute saison : les valoriser en période hivernale (surface et orientation des baies vitrées, isolation...) et les maîtriser en période estivale grâce à des protections extérieures (volets, stores) ou des masques (brise-soleil, végétation...).

UNE QUESTION DE BON SENS

De nombreux paramètres joueront en faveur du confort thermique : inertie, isolation, circulation de l'air, perméabilité, choix des matériaux, orientation des baies par rapport au soleil... Rappelons que l'orientation des fenêtres est incluse dans le calcul de référence de la RT 2005 (20 % Nord, Est, Ouest et 40 % Sud pour les maisons individuelles, équirépartition pour les bâtiments collectifs). « Le bioclimatique, c'est une question de bon sens », assure Laurent Beaugiraud, dirigeant de Villa Soleil. Ce constructeur de maisons individuelles dans la Drôme et en Ardèche a livré sa première maison bioclimatique en juin 2006. Une maison de 148 m² de surface habitable, construite avec des matériaux locaux, à l'isolation renforcée, dont les ouvertures sont orientées au sud et dont la surface vitrée représente 20 % de la surface habitable... Bilan : l'habitation ne consomme que 47 kWhep/m².an, bien en dessous de la moyenne nationale. Et les occupants profitent d'une facture énergétique estimée à moins d'un euro par jour ! Fort de ce succès, Villa Soleil a déjà livré deux autres maisons du même genre et lancé cinq chantiers d'habitations conçues pour ne pas dépasser les 27 kWhep/m².an. « Notre idée de départ était de réaliser un modèle avec des solutions duplicables partout en France et abordables, même pour des petits budgets », ajoute Laurent Beaugiraud.

C'est l'autre intérêt du bioclimatique : construire durable pour limiter la mise en œuvre d'équipements techniques coûteux. « En tant qu'architecte, nous épuisons la réflexion bioclimatique avant d'envisager les solutions techniques. Notre objectif, c'est qu'une grande partie de la performance environnementale d'un bâtiment soit liée à la conception et n'engendre pas de surcoûts », précise Nicolas Favet.

C'est également dans ce cadre qu'une réflexion conjointe est menée par AFCOBOIS-FFB et l'Institut technologique FCBA (Forêt, Cellulose, Bois-construction, Ameublement). Pour aider les concepteurs dans leur approche bioclimatique, le FCBA travaille sur Ecomob, un logiciel d'écoconception pour les maisons à ossature bois. Ce logiciel de simulation permettra de modifier virtuellement certains critères (taille d'ouverture des fenêtres, choix des matériaux, orientation de la maison) et d'en évaluer l'impact environnemental. Un outil de plus pour optimiser la performance énergétique de l'habitat.

POUR EN SAVOIR PLUS

UCI-FFB (Union des Constructeurs Immobiliers de la FFB), tél. : 01 40 69 51 86, www.uci.ffbatiment.fr

AFCOBOIS-FFB (Syndicat des Acteurs Français de la Construction Bois), tél. : 01 40 69 57 23.

LES FENÊTRES EN ALUMINIUM COMPATIBLES AVEC LA CONCEPTION BIOCLIMATIQUE

Dans la logique bioclimatique, le choix des matériaux peut aussi faire toute la différence. Le Syndicat national de la construction des fenêtres, façades et activités associées (SNFA-FFB) préconise par exemple l'utilisation de cadres en aluminium pour les parois vitrées. « Deux fenêtres de même dimension, équipées du même vitrage, peuvent avoir des facteurs solaires différents en fonction de la nature et de l'épaisseur du cadre », explique le SNFA-FFB. Fin et robuste, l'aluminium permet de diminuer l'épaisseur des cadres et d'augmenter le clair de vitrage. Et par conséquent d'influer sur la capacité de la fenêtre à laisser passer le rayonnement solaire, utile pour gagner en chaleur et en luminosité. L'été, une protection extérieure permettra d'éviter la surchauffe.