La Fédération Française du Bâtiment est une organisation professionnelle qui a pour but de représenter et défendre les entreprises de bâtiment
auprès des pouvoirs publics, des décideurs économiques et des autres acteurs de la construction.

Le Bâtiment, une richesse pour la France

Twitter FFB

espace adhérent

espace adhérent

Email utilisateur :

Mot de passe

Mémoriser ses identifiants

OK

Vous êtes ici > > > >

OK

Bâtimétiers N° 7 - 2007 | Gros oeuvre/structure

PATRIMOINE RURAL

De passion et de pierres sèches

Les plus anciennes remontent au XVIe siècle, elles sont typiques du Quercy. Aujourd'hui, il faut les restaurer sous peine de les voir tomber en ruine. Ces « cazelles », cabanes de berger rudimentaires, sont au centre de toutes les attentions. Leur seul trésor : être des vestiges d'un mode de construction ancestral, la pierre sèche, c'est-à-dire la lauze, une pierre calcaire qui était extraite autrefois de la terre par les charrues, lors du labour. « La technique de construction consiste à superposer les pierres légèrement inclinées vers le bas, tout en les calant avec des petites pierres (la pierraille) », explique Jean-Pierre Vermande, pour qui elles sont devenues une véritable passion. « Pour plus de stabilité, le mur est plus large à la base qu'au sommet : on dit qu'il a "du fruit ". On retrouve toujours la même forme circulaire, avec de belles voûtes en encorbellement, les murs et le toit ne tenant que par l'effet des jeux de force et du poids. »
Jean-Pierre Vermande n'est pas un original déconnecté de la réalité, mais un entrepreneur de maçonnerie et de restauration traditionnelle à Assier (Lot). Sa société, qui emploie douze compagnons, construit des maisons « bioclimatiques » en utilisant de la terre cuite, de la brique de chanvre et du bois. Son activité comporte aussi une large part de restauration de patrimoine ancien, dans un rayon de 15 à 20 km, à la limite du parc régional des Causses et du Quercy. Longtemps demeurée pauvre, cette région n'a connu que tardivement la révolution du ciment, d'où la présence de nombreuses maisons en pierre, dont la restauration, selon la tradition, est devenue sa spécialité. Certaines cazelles à deux étages sont restaurées afin de devenir des habitations. Elles s'inscrivent dans un mouvement en faveur du patrimoine rural, au même titre que les murets en pierre sèche, de conception voisine. Un public toujours plus large s'initie d'ailleurs à leur restauration. « Le plus important pour nous est de transmettre ces savoir-faire. C'est dans ce but que nous avons créé, dans l'entreprise, un centre de formation qui connaît un grand succès », conclut Jean-Pierre Vermande.