La Fédération Française du Bâtiment est une organisation professionnelle qui a pour but de représenter et défendre les entreprises de bâtiment
auprès des pouvoirs publics, des décideurs économiques et des autres acteurs de la construction.

Le Bâtiment, une richesse pour la France

Twitter FFB

espace adhérent

espace adhérent

Email utilisateur :

Mot de passe

Mémoriser ses identifiants

OK

Vous êtes ici > > > >

OK

Bâtimétiers N° 13 - 2008 | ENVELOPPE

NOUVEAU NF DTU 42.1

L'imperméabilité des façades à l'heure européenne

Publié pour la première fois en 1993, le DTU 42.1 « Revêtements d'imperméabilité à base de polymères » révisé est entré en vigueur en novembre 2007. « En près de 15 ans, de nombreuses évolutions techniques étaient survenues, observe Rolland Cresson, responsable de l'Iref(1), mais leur part reste finalement minime dans le document, car les changements les plus importants ont trait aux définitions et aux normes de classification des produits. »

La nouveauté la plus significative correspond à l'article « Revêtements » de la partie « Critères généraux de choix des matériaux » (CGM), qui présente le système de référencement de la norme NF EN 1062-1. Aussi détaillé que précis, celui-ci rapproche la classification des revêtements selon l'imperméabilité à l'eau de pluie (de I1 à I4) et la codification GESVWAC, qui associe les critères d'épaisseur (E), de perméabilité à la vapeur d'eau (V), de perméabilité à l'eau (W), la résistance à la fissuration (A), ainsi que la perméabilité au gaz carbonique (C) et deux critères d'aspect, le brillant spéculaire (G) et la granulométrie (S). Afin de faciliter le choix des décideurs, un guide d'emploi des produits, associant les deux systèmes de classification, est proposé (voir tableau). « Cette nomenclature permettra aux maîtres d'ouvrage de comparer les produits fabriqués dans l'Union européenne, souligne Rolland Cresson, mais elle n'a aucune incidence sur l'exécution des travaux et les modes opératoires des entreprises. »

Utilisation différente des classes de produits

Les entreprises sont davantage concernées par l'intégration des dispositions des règles professionnelles « Réfection des façades en mortier de plâtre de "type parisien" par revêtement d'imperméabilité à base de polymères ». « Nous disposons maintenant d'une expérience suffisante avec ce type de support, commente Rolland Cresson. Nous savons aussi qu'un diagnostic plus poussé s'impose, ainsi que certaines précautions, et que l'application d'un revêtement d'imperméabilité n'est pas possible dans tous les cas. »

À la fin du Cahier des clauses techniques (CCT), l'annexe C revient sur les conditions d'usage et d'entretien des ouvrages. À cet égard, une note de recommandation publiée par le Syndicat français des joints et façades de la FFB (SFJF-FFB) souligne le distinguo à établir entre « entretien » et « rénovation ». Elle rappelle qu'un revêtement d'entretien classé D2 ou D3 au sens du NF DTU 59.1 ne peut prétendre rénover un revêtement d'imperméabilité existant et donc prolonger sa garantie décennale sur la fonction imperméabilité.

À signaler également, un paragraphe spécial « Appréciation visuelle de l'état de finition » qui précise que l'observation des ouvrages doit désormais s'opérer, comme pour les travaux de peinture, à une distance minimale, ici de 5 m, « de façon à voir la façade dans son entier, avec un éclairage incident normal ».

(1) Institut national de recherche et d'études de la finition.

(*) L'exécution de revêtements souples d'imperméabilité « RSI » peut donner lieu à des travaux dits « d'imperméabilisation » ou à des travaux dits « d'étanchéité » de façade selon l'état du support à protéger. Mais dans un cas comme dans l'autre, il s'agit d'apporter au mur défaillant l'imperméabilité à l'eau requise par son usage en empêchant la pénétration des eaux de pluie.
(1) Épaisseur sèche théorique minimale totale (couche d'impression comprise) sur la base de laquelle sont établies les consommations minimales à appliquer sur support lisse (type mortier taloché fin). Sur support à relief, les consommations doivent être augmentées pour respecter les épaisseurs minimales indiquées. Compte tenu des variations d'épaisseur liées à l'application, des épaisseurs intérieures à cette valeur minimale théorique peuvent être acceptées ponctuellement lors de vérifications ultérieures sur chantier dans les limites suivantes : 20 % pour les revêtements de classe I1, I2 et I3 ; 10 % pour les revêtements de classe I4.
(2) La couche de finition peut être de même nature que la couche intermédiaire.
(3) Cette couche est appliquée en deux passes avec ou sans délai de séchage. L'armature peut être exceptionnellement supprimée dans le cas d'ouvrages ornementaux ou de modénatures, inadaptées au recouvrement par un système armé, notamment pour obtenir un revêtement d'aspect satisfaisant. Le revêtement est alors exécuté comme le traitement des fissures localisées (voir 7.4.2 de la NF DTU 42..1 P 1-1 -CCT).
(4) Sur support en béton nécessitant la réparation d'éclats de matériau dus à des corrosions d'armatures, le revêtement devra également être codifié C1.
(5) Les revêtements I2 ne sont as adaptés sur supports en mortier de plâtre. Les revêtements I1 ne sont admis que dans certains cas particuliers (voir 5.2b) de la NF DTU 42.1 P 1-1 (CCT) sur ces support. Les revêtements de résistance à la fissuration A1, à ne pas confondre avec I1, ne sont pas visés par la présente norme.

Note 1 : Les revêtements de classe I2 se distinguent des revêtements de classe I3 autrement que par l'indication d'une consommation moindre pour chaque couche qui les compose (produits adaptés, prêts à l'emploi et/ou outils d'application appropriés). Les revêtements de classe I3 se distinguent de même des revêtements de classe I2, en particulier pour obtenir l'épaisseur requise lorsqu'ils sont exécutés sur support lisse.

Note 2 : Les revêtements de classe I3 ou I4 sont prévus pour résister également à d'éventuelles fissurations ultérieures."


Pour en savoir plus

- SFJF-FFB (Syndicat français des joints et façades), tél. : 01 56 62 10 03

- « Calepin de chantier » Réfection des façades par revêtements souples d'imperméabilité à base de polymères, disponible auprès des FFB départementales .