La Fédération Française du Bâtiment est une organisation professionnelle qui a pour but de représenter et défendre les entreprises de bâtiment
auprès des pouvoirs publics, des décideurs économiques et des autres acteurs de la construction.

Le Bâtiment, une richesse pour la France

Twitter FFB

espace adhérent

espace adhérent

Email utilisateur :

Mot de passe

Mémoriser ses identifiants

OK

Vous êtes ici > > > >

OK

Bâtimétiers N° 13 - 2008 | ÉQUIPEMENTS TECHNIQUES

Les conduits « shunt » incompatibles avec les chaudières basse température

Pour éviter les problèmes de condensation dans les conduits de fumée de type shunt, le NF DTU interdit le raccordement de chaudières basse température et à condensation. Une disposition qui ne va pas sans poser des problèmes techniques.

Concilier l'inconciliable, c'est la difficulté à laquelle sont confrontés les installateurs gaz lorsqu'on leur demande de changer une ancienne chaudière par une chaudière de dernière génération, basse température ou à condensation, dans des appartements d'immeubles collectifs équipés de conduits d'évacuation de fumée dits shunt. En effet, le NF DTU 24.1 « Travaux de fumisterie » dans sa nouvelle version est très clair : « Le raccordement d'appareils basse température et à condensation est interdit sur des conduits collectifs existants à départ individuel (type shunt), hors procédés spécifiques de réhabilitation faisant l'objet d'un Avis technique ou d'un document technique d'application. » Ce, pour éviter les risques de condensation, voire de dégâts des eaux dans les appartements des étages supérieurs.

Changer ou chemiser le conduit

Dans les faits, cette disposition du DTU s'avère presque impossible à respecter : elle implique de changer le conduit ou à le chemiser. Un procédé onéreux qui implique des travaux considérables. Et si cette démarche s'avère parfois possible avec des bailleurs sociaux, elle se révèle quasi impossible dans le cas de copropriétés puisqu'elle impliquerait que tous les propriétaires changent leur chaudière en même temps et qu'en outre, ils acceptent une facture importante. Autre possibilité, installer des chaudières à ventouse, mais le problème est identique avec les copropriétés qui refusent que les façades se couvrent de ventouses. Enfin, il est impossible, avec un conduit shunt, de changer les puissances des générateurs. La solution la plus rationnelle consiste donc à proposer à son client l'installation d'une chaudière standard. Mais dans ce cas, il est indispensable de lui expliquer qu'il ne lui sera pas possible de bénéficier du crédit d'impôt. Sur le plan des générateurs, des solutions existent. Certains fabricants, conscients du problème, proposent en effet des produits adaptés.

« En contradiction avec la réglementation thermique »

Jean-Paul Bardet, Établissements Normand à Limoges (87).

« Le changement des chaudières dans les immeubles dotés de conduits shunt représente un marché de remplacement important pour les entreprises. Malheureusement, nous sommes obligés, dans la plupart des cas, si nous voulons respecter le DTU 24.1, d'installer des appareils standard dans ces logements. Il y a là une contradiction par rapport à la réglementation thermique qui nous pousse à installer des chaudières basse température ou à condensation.

Mais si nous passons outre les dispositions du DTU, en cas de litige, la responsabilité de l'entreprise risque d'être engagée. Un expert pourra toujours expliquer que l'installateur n'a pas suivi la réglementation. C'est un véritable problème qui fait perdre une partie du marché de remplacement des chaudières aux entreprises les plus sérieuses. Et avec la perte de l'installation, nous perdons également le contrat d'entretien. »

Pour en savoir plus

UCF-FFB (Union climatique de France), www.ucf.fr